Bocuse dOr.jpg

Bocuse d’Or : À la poursuite de la recette gagnante

Le Bocuse d’Or est le concours de gastronomie le plus prestigieux du monde. Quand le concours commence, vous n’avez qu’une seule chance – pas de place à l’erreur dans la chasse à la formule gagnante.

Ørjan Johannesen a un rêve : devenir le meilleur chef du monde. À la poursuite de ce véritable défi, des mois de préparation l’attendent. Mais comment faire pour se préparer à l’un des concours de gastronomie les plus célèbres du monde ?
 
À neuf ans à peine, Ørjan a commencé à cuisiner à l’hôtel Bekkjarvik Gjestgiveri où il a grandi. Aujourd’hui, il divise son temps entre la cuisine de l’hôtel et la cuisine de formation aux concours à Sandefjord, où son entraîneur, Odd Ivar Solvold, est basé. Odd Ivar a gagné une médaille de bronze au Bocuse d’Or, en 1997, et a conduit depuis d’autres chefs norvégiens au succès. Devenir le meilleur chef au monde n’est pas quelque chose que vous pouvez réaliser tout seul. Cela demande un effort d’équipe et des préparations bien précises.
 
Au Bocuse d’Or Europe, en 2014, Ørjan Johannesen a terminé troisième, se qualifiant pour le concours mondial de la gastronomie 2015 à Lyon. Aujourd’hui, il relève le défi calmement et toujours avec le même credo : que les saveurs originales des ingrédients ressortent et que les gens disent, « Waouh, comment quelque chose de si simple et si peu compliqué peut être aussi bon ? ». La simple combinaison d’un bon service et d’aliments savoureux est ce qui donne la meilleure expérience gastronomique. Pourtant, ce qui paraît simple est souvent ce qu’il y a de plus compliqué à réaliser.
 
La Formule 1 des chefs
 
Si le Bocuse d’Or peut être considéré comme la Formule 1 des chefs, c’est vraiment un scénario « maintenant ou jamais ». Un grand nombre de pièces doivent se mettre en place pour qu’un chef puisse se préparer et rentrer dans la course aux médailles au Bocuse d’Or. Ørjan Johannesen consacre beaucoup de temps aux détails au-delà des ingrédients à proprement parler. Les règles, l’équipement et les conditions d’hygiène doivent être sous contrôle absolu. Il ajoute : « Au concours de Lyon, j’avais peu de temps et il fallait que tout soit propre et ordonné du début à la fin pour avoir une chance de réussir. Une bonne hygiène est absolument cruciale. » Vous n’avez qu’une seule chance lorsque vous affrontez les meilleurs chefs au monde, et le plus petit détail peut avoir le plus gros impact.
 
Ørjan utilise les chiffons de nettoyage à faible peluchage de Tork pour s’assurer que chaque partie du plat en argent soit parfaitement propre pour la présentation finale. Dans le Bocuse d’Or, tout doit être immaculé. Aucune trace de doigt ni bavure et tout aussi important : aucune goutte de sauce non intentionnée ni saupoudrage d’épice qui dépasse. Pour ce type de perfection, les chiffons de nettoyage à faible peluchage de Tork polissent les plats sans laisser de résidu pelucheux, sont approuvés pour le contact alimentaire, et absorbent la graisse rapidement.
 
 
Cet article a été publié avant l’édition 2015 du Bocuse d’Or. Et devinez quoi, il a gagné.

Ces chiffons, il ne fait aucun doute que je les emmènerai avec moi au Bocuse d’Or.

Ørjan Johannesen

Lauréat du Bocuse d’Or 2015