Contek 1 Rectangle.jpg

« Même le plus infime peluchage est de trop ! »

Encres, peinture ou produits chimiques : quel que soit le produit transporté dans un grand récipient pour vrac (GRV), une fois que CONTek IBC-Service GmbH a fini le nettoyage, tout résidu doit avoir disparu sans laisser de trace.

Wolfgang Kuhn considère tout duvet ou peluche comme l’ennemi numéro un. Son entreprise : le nettoyage en affichant une tolérance zéro. Il a fondé l’entreprise CONTek IBC-Service GmbH il y a 20 ans en vue de fabriquer et livrer des grands récipients pour vrac (conteneurs réutilisables utilisés pour le transport des produits dangereux), ainsi que leur nettoyage après utilisation et leur renvoi au client. C’est un modèle commercial plutôt simple, en réalité. Mais en 1995, quand Kuhn et son partenaire ont monté leur entreprise, il n’existait rien de comparable sur le marché. À cette époque, il travaillait pour une compagnie qui fabriquait des encres d’impression. « J’ai réalisé qu’aucune entreprise sur le marché ne proposait un seul concept pour la production de GRV, le nettoyage et la logistique. » Kuhn a vu cette lacune du marché et positionné CONTek de façon à combler ce vide comme fournisseur de service intégral. Ce fut une réussite. 
 
Aujourd’hui, environ 150 conteneurs en acier sont amenés quotidiennement à l’usine d’Ellrich, Thuringe, où ils sont nettoyés et préparés pour leur prochaine commande de transport. Chaque conteneur peut contenir entre 300 et 1 200 litres de liquide, pâte ou matériau versable en vrac. Les retours de l’industrie automobile présentent fréquemment de la peinture, et les imprimantes laissent des kilos d’encre résiduelle dans les conteneurs. Mais quel que soit le contenu, c’est à CONTek que revient la tâche d’enlever complètement tout résidu et dans les temps. « Si l’un de nos clients fait fonctionner sa chaîne de production la nuit, il s’attend à avoir les bons conteneurs le matin suivant sur son site », explique Wolfgang Kuhn. Le site d’Ellrich opère donc jour et nuit, six jours par semaine.  
 
Après une inspection initiale pour repérer tout dommage mécanique potentiel, les conteneurs utilisés sont ensuite nettoyés par machine au cours d’un processus complexe. Ils subissent ensuite une procédure de finition qui consiste en un nettoyage manuel à l’aide de chiffons de nettoyage spéciaux. Toute l’équipe impliquée sait à quel point cette tâche engage la responsabilité du personnel. « Mettons par exemple qu’un résidu d’encre ou d’huile présent dans le conteneur contamine la cargaison de peinture suivante. Un fabricant de voitures peut même être contraint d’interrompre toute sa chaîne de production », explique Kuhn pour expliquer l’étendue du problème. « Chaque seconde d’immobilisation de la chaîne crée des coûts d’interruption énormes. C’est pourquoi nous garantissons à nos clients que les conteneurs nettoyés sont 100 % exempts de duvet, peluche, tache, résidus de silicone, graisse, huile ou peinture. » Globalement, le nettoyage d’un GRV prend entre une et sept heures, en fonction du contenu et du degré de souillure. 
 
Pour optimiser le processus de nettoyage manuel, en 2011 la compagnie a recherché une solution alternative pour remplacer les chiffons en coton utilisés jusque-là pour le nettoyage final, car ils ne pouvaient garantir l’absence totale de peluchage. CONTek a testé des chiffons de nettoyage de marques diverses ; suivant des essais approfondis, la compagnie a opté pour les Tork Heavy-Duty Chiffons de Nettoyage ultra-résistants. « Les chiffons de nettoyage Tork nous ont aidés à améliorer la qualité de notre travail sans dépenser un centime de plus », déclare Wolfgang Kuhn. CONTek a une consommation annuelle qui tourne autour de 100 000 chiffons. 100 000 occasions de ne pas s’inquiéter de la présence de peluche.

Les chiffons de nettoyage Tork nous ont aidés à améliorer la qualité de notre travail sans dépenser un centime de plus

Wolfgang Kuhn

Fondateur de CONTek IBC-Service GmbH